Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2014

Génération Y et Dématérialisation …

génération Y

Génération X ? Génération Y ? Oui, mais pourquoi ? Ces appellations qui classent les individus sont avant tout des termes marketing et sociologiques inventés pour rappeler aux dirigeants que les comportements des populations évoluent.

D’après...


D’après Neil Howe et William Strauss à qui l’on doit ces termes, il existe des générations sociologiques très marquées au XXème siècle.

Tout d’abord la génération des « Baby Boomers », nés entre 1945 et 1960, qui ont connu l’après-guerre, sont décrits comme idéalistes et conservateurs.

Vient ensuite la génération X pour les individus nés entre 1960 et 1981. Cette génération est considérée comme être dans l’inconnu, elle connait la Guerre froide, le mur de Berlin, un creux au niveau professionnel dans lequel il est difficile de trouver un travail stable et bien rémunéré.

Enfin, la génération qui nous intéresse aujourd’hui, la génération Y, est représentée par les individus nés entre 1980 et 2000. Elle vient d’arriver sur le marché du travail et est bien décidée à modifier les codes.

Y, pourquoi Y ?

Bien sûr parce que c’est la lettre qui vient après le X … Mais pas que ! D’autres hypothèses viennent se greffer. La première, c’est que le forme du Y rappelle fortement la forme du fil des écouteurs que cette génération porte sur ses oreilles toute la journée.

La seconde, C’est que « Y » se lit « Why ?» en anglais, « Pourquoi ? ». Et c’est ce qui caractérise principalement cette génération qui se pose des questions. Ils ont toujours connu la mondialisation, le SIDA, le réchauffement climatique, les crises économiques, et sont donc toujours amenés à peser le pour et le contre de chaque situation.

Aux États-Unis, ils sont aussi appelés les « Digital Natives », génération qui a connu les débuts de l’Internet grand public, qui a toujours eu un PC à la maison et le développement massif des téléphones portables.


 

La génération Y est résumée en 4 « I » par les conseillers en management :

Interconnectés, grâce aux réseaux sociaux.

Individualistes, car en quête de reconnaissance.

Inventifs, car au cœur des révolutions technologiques.

Impatients, car attachés à la reconnaissance par leur hiérarchie du travail accompli

 

Tout ceci nous amène naturellement au sujet dont traite ce blog, la dématérialisation.

Dans un monde où il est devenu possible d’avoir accès à toute la musique, à tout le cinéma en quelques clics, dans lequel on fait ses courses sur internet pour gagner du temps , et dans lequel tout le monde communique en temps réel aux 4 coins de la planète, on ne peut plus imaginer attendre pour recevoir une lettre, ou perdre des heures à chercher dans ses archives pour trouver un document dont on a besoin.

On doit avoir accès à tout, tout le temps, de n’importe où. 

A la fin des années 90 et surtout depuis les années 2000, la dématérialisation s’est démocratisée. Le principal argument développé était de surfer sur la vague du développement durable et de la sauvegarde de la planète. Aujourd’hui, même si l’argument écologique est encore largement utilisé, les entreprises se sont aperçues qu’elles avaient tout à y gagner grâce aux gains de productivité et l’efficacité que la dématérialisation procure.

L’évolution parallèle des infrastructures matérielles, de la puissance des débits Internet, des moyens de stockage informatiques, des machines et la demande accrue de la génération Y poussent les éditeurs de logiciels de dématérialisation à être créatifs et à offrir des solutions de plus en plus perfectionnées à leurs clients.

 

Mais alors pourquoi ne sommes-nous pas encore arrivés à l’air du « Zéro Papier » ?

Depuis le début des années 1980, la consommation de papier n’a cessé de croître d’année en année.

 

graphique

Quels sont les freins à la dématérialisation complète ?

Freins fonctionnels : l’attachement au papier dans nos services administratifs est important, or s’en passer c’est revoir les processus, l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise (38% des salariés français impriment leurs mails pour les lire, 1 page sur 6 imprimée en Europe n’est jamais utilisée…).

Freins psychologiques : sentiment que le document électronique n’a pas une véritable valeur probante et qu’il est plus facile de modifier un document électronique qu’un document papier. Il est acquis que la génération X reste attachée au papier, la génération Y un peu moins. La future génération sera-t-elle la première à préférer le confort de l’écran à celui du papier ?

Freins technologiques : Le plus ancien manuscrit du monde en parfaite conservation a 1600ans, il s’agit du Codex Vaticanus. Dans l’histoire de l’humanité, les Hommes ont détruit plus de papier que le temps. Or le papier utilisé pour nos factures, pour nos tickets de caisse n’a pas été conçu avec la même rigueur et n’est pas conservé avec le même soin. Le papier est vite altéré, on ne distingue plus ce qui est écrit sur un ticket quelques mois seulement après son impression.

La capacité de stockage est encore considérée à tort comme un frein malgré des avancées phénoménales dans ce domaine.

En 2012, une étude du cabinet Coleman Parks Research indiquait que 42.5% des informations critiques d’une entreprise n’étaient conservés qu’au format papier. La dématérialisation permet de conserver ces documents au format numérique, ce qui est plus sécurisant pour les entreprises.

 

Qu’attendre de la génération future ?

Il faudra encore au moins une génération pour que le zéro papier puisse être touché du doigt. Les freins sont encore trop importants pour que la génération Y à elle seule éradique l’utilisation du papier. Pour autant, les avancées n’ont jamais été si importantes dans le domaine de la dématérialisation et l’arrivée de nouveaux outils laisse à penser que les freins technologiques disparaîtront avant les freins psychologiques.

 

La nouvelle génération va bientôt arriver sur le marché du travail, et il faudra être prêt à l’accueillir.

 

La génération Z des individus nés après 1995 a aussi été nommée Génération C (pour Communication, Collaboration, Connexion et Créativité).

Depuis quelques mois, EIC propose COM@EXPERT, un module innovant en matière de travail collaboratif.

Cet outil facilite les communications entre le cabinet et ses clients grâce à une messagerie instantanée et permet l’envoi des pièces comptables par le client. Ces dernières seront automatiquement classées dans son dossier informatique chez le cabinet. Complètement lié à Demat’Expert® le cabinet profite ainsi de toute la puissance de l’OCR/LAD sans avoir à intervenir.

 

Vous offrez :

-              A vos clients : un service innovant et parfaitement adapté à leurs besoins.

-              A vos collaborateurs : du confort de travail et une réactivité décuplée

-              A votre cabinet : Une image moderne et une productivité accrue.

Vous gagnez du temps sur la saisie, lors de la révision et lors de toutes les étapes de gestion du dossier. Libérez-vous des tâches peu stimulantes et répétitives!

De plus en plus de collaborateurs et de clients seront issus de ces générations Y et Z hyper connectées et demandeuses de nouvelles technologies. Donner une image moderne de son cabinet sera bientôt une nécessité et des logiciels comme DEMAT’EXPERT® et son module COM@EXPERT répondent parfaitement aux problématiques qui vont se dresser devant vous.

 

Sources :

http://www.mesecogestes.fr/blog/non-classe/peut-on-deveni...

http://www.adesias.fr/

http://www.xplor.fr/home/etudes-analyses/dossier-demat

http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/high-tech...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_g%C3%A9n%C3%A9ratio...

 

 

 

 

Commentaires

Je vous applaudis pour votre paragraphe. c'est un vrai état d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : MichelB | 13/08/2014

Les commentaires sont fermés.